Déclaration de la PCUD sur la menace de la production de pommes de terre en moyenne Guinée

Déclaration de la PCUD sur la menace de la production de pommes de terre en moyenne Guinée

Depuis quelques mois, la culture de la pomme de terre est frappée de plein fouet par une maladie jusque-là inconnue des producteurs de la Fédération des Paysans du Fouta Djallon (FPFD) et de la Confédération Nationale des Organisations Paysannes de Guinée (CNOP-G).

De Dalaba à Mali, les champs de pomme de terre sont détruits avec des pertes de récoltes estimées à près de 35 mille tonnes équivalant la production annuelle de notre Pays.

Aujourd’hui, 700 mille de nos compatriotes vivant de la filière et les membres des 1500 groupements de producteurs sont exposés à la précarité avec le risque de voire la disparition cette filière agricole laborieusement développée des décennies durant par nos braves populations rurales de la Moyenne Guinée avec le soutien de l’Etat et de ses partenaires.

Les pertes de revenus qui pourraient résulter de ce fléau sont estimées à près de 400 milliards de francs guinéens.

De sources concordantes, cette catastrophe qui se produit dans l’indifférence des autorités gouvernementales guinéennes est due à l’importation et la distribution illégales de semences malades par des importateurs véreux qui ont profité de la légèreté de notre système de contrôle et de protection, ainsi que de la mauvaise gouvernance qui prévaut dans le pays.

En conséquence, la société civile guinéenne demande au gouvernement de :

  • Intervenir d’urgence pour faire face à cette nouvelle catastrophe par une indemnisation financière des producteurs sinistrés;
  • Mener des investigations nécessaires pour déterminer la nature et l’ampleur de cette maladie ;
  • Identifier les auteurs, ainsi que les services défaillants en vue d’une suite judiciaire.

La société civile demande aux partenaires de bien vouloir s’associer au gouvernement pour :

  • un appui technique afin d’identifier la maladie ;
  • un soutien pour la protection et la relance de la filière.

En exprimant sa solidarité et son soutien aux populations paysannes de Guinée, la Société Civile exhorte les producteurs victimes de ce fléau à redoubler d’efforts et à ne pas baisser les bras face à cette douloureuse situation.

 

Conakry, le 17 Novembre 2016

Posts en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by themekiller.com