TOGO/Lomé : Sommet citoyen sur l’avenir du protocole de démocratie et de bonne gouvernance de la #CEDEAO

TOGO/Lomé : Sommet citoyen sur l’avenir du protocole de démocratie et de bonne gouvernance de la #CEDEAO

Ce samedi 15 juillet 2017, les rideaux sont tombés sur le sommet citoyen sur le protocole de démocratie et de bonne gouvernance de la CEDEAO.

 A l’initiative des Universités sociales du Togo (UST), cette rencontre, une première du genre a rassemblée les organisations de la société civile, mouvements sociaux, organisations syndicales et universitaires venues de différents pays de la sous-région ouest africaine à savoir le BENIN, le GHANA, le NIGERIA, le SENEGAL, le NIGER, la GUINEE, la COTE D’IVOIRE…

 

Réunir les mouvements citoyens, sociaux et organisations syndicales ouest-africains autour du Protocole de bonne gouvernance de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) adopté le 21 décembre 2001 à Dakar, sa mise en œuvre et le projet de réformes pour un renforcement des droits et légitimes aspirations des peuples de la communauté. Tel était  l’objectif assigné à cette grande rencontre sous régionale qui s’est déroulée du 13 au 15 juillet au siège de la CEDEAO à Lomé.

Le sommet vise également à :

  • Créer une synergie des mouvements citoyens, sociaux et des organisations syndicales ouest-africains autour de la promotion de la bonne gouvernance dans l’espace CEDEAO, afin qu’ils dégagent ensemble une POSITION COMMUNE claire et des stratégies de plaidoyer en direction des décideurs pour les amener à reprendre les discussions sur le projet de réforme afin d’aboutir à un document de protocole qui répond aux droits et légitimes des aspirations des populations de l’Afrique de l’Ouest.
  • Influencer significativement les prises de décisions sur les questions de gouvernance au sein de l’espace CEDEAO.

En effet à l’ouverture de ce sommet, le Professeur David DOSSEH, Coordonnateur des Universités Sociales du Togo (UST) n’a pas manqué de le souligner : « La société civile ne s’est pas suffisamment impliquée d’abord dans l’élaboration du protocole, et surtout dans son application. Donc l’objectif de ces trois jours de rencontre, c’est de faire tout d’abord une appropriation du protocole, le revisiter, l’habiller et faire des propositions à l’Institution sous régionale afin que ce protocole serve encore plus les intérêts des citoyens de l’espace CEDEAO». Propos appuyés par l’un des responsables des UST, Spéro Kodjo MAHOULE Président du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) lors de son mot introductif : « Il est temps que la société civile ouest africaine s’organise et s’engage aux côtés des Etats afin d’aplanir les défis liés au bon fonctionnement de la CEDEAO et au renforcement de la démocratie dans la sous-région ».

Lomé1

Soutenue par l’Union Européenne (UE) et la CEDEAO, cette assise internationale spécialement axée sur la mise en œuvre et l’avenir du protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance de la CEDEAO a connu entre autre la participation de divers personnalités comme le Président de la Commission de la CEDEAO, Marcel DE SOUZA,  l’Ambassadeur Représentant Permanent de la CEDEAO au Togo, Garba LOMPO, l’Ambassadeur Chef de la délégation de l’UE au Togo, Nicolas BERLANGA MARTINEZ, les responsables des partis politique dont le Chef de Fil de l’Opposition, Jean-Pierre FABRE etc.. A l’unanimité, ces personnalités ont tour à tour salué cette initiative des Universités Sociales du Togo et en ont reconnu la pertinence.

Au menu des trois jours de travaux plusieurs panels ont été animés sur : la bonne gouvernance : un vecteur fiable de développement, la bonne gouvernance et citoyenneté : rôle des sociétés civiles africaines, le focus sur le protocole de bonne gouvernance de la CEDEAO: où en est-on ? L’armée et les forces de sécurité dans un Etat démocratique pour des élections libres et transparentes ; les nouveaux médias et leur contribution à la promotion de la gouvernance en Afrique ; le renforcement du dialogue social, la protection sociale et la RSE dans les industries extractives et la bonne gouvernance et croissance inclusive pour une cohésion sociale.

1

En outre, un travail en commissions a été organisé afin de permettre aux participants de proposer des amendements au Protocole.

Les recommandations en termes d’amendement au protocole sous forme d’une déclaration du sommet citoyen de Lomé seront remises dans les prochains jours au représentant de l’Institution sous régionale et aux autorités du pays.

Rappelons que les Universités Sociales du Togo est un jeune regroupement né en octobre 2016. Il fait partie de la nouvelle génération de mouvements citoyens et sociaux africains ayant pour leitmotiv de redynamiser la participation citoyenne et le contrôle de l’action publique. Il est composé d’organisations syndicales alliées à des citoyens engagés, des membres de la diaspora et des organisations de la société civiles.

19990379_10210295839734253_815505445511719788_n

La #PCUD y était invitée pour partager l’expérience guinéenne de la transition démocratique :Rôle joué par la Société Civile.  Elle y était représentée par Aboubacar SYLLA, Administrateur.

SYLLA Aboubacar depuis Lomé le 15 Juillet 2017

Posts en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by themekiller.com